World Vision lutte contre la malnutrition des enfants et contribue au développement économique des ménages vulnérables dans la Moughataa de Kankossa.

«Le centre et les postes de santé avaient beaucoup de défis concernant la prise en charge des cas de la malnutrition des enfants. D’abord, il y avait de nombreux cas d’abandon des visites médicales dans toute la moughataa. En plus, les médicaments de traitement comme l’Amoxicilline  tardaient à venir à cause des problèmes de transport. D’ailleurs, l’absence de sensibilisation au niveau communautaire empirait les conditions des enfants touchés et il n’y avait pas assez de volontaires et de relais communautaires pour un suivi au niveau locale». C’est ainsi que Mohammed Lemine ould Ahmed Salem, le point focal de la nutrition dans la Moughataa de Kankossa a décrit les conditions de santé nutritionnelle des enfants dans la localité. Les cas de la malnutrition aigüe étaient relativement nombreux à Kankossa et les structures de santé locales n’étaient pas assez équipées pour affronter cette situation. L’absence de sensibilisation des parents au niveau des ménages a eu un impact négatif sur le niveau de suivi des visites médicales des enfants malnutris, avec un taux de 40% d’abandon dans toute la moughataa. D’ailleurs, la plupart des ménages vivent dans des conditions difficiles à cause du chômage et le manque d’activités génératrices de revenus. Cette situation d’insécurité économique empêchait plusieurs ménages de subvenir à leurs besoins nutritionnels ce qui touchait directement les enfants.

World Vision Mauritanie, à travers son Programme de Développement Zonal à Kankossa assure la prise en charge des cas de la malnutrition aigüe sévère pour améliorer la santé et la nutrition des enfants dans le département. l’ADP a mis en place une salle de consultations des enfants malnutris dans le centre de référence à Kankossa, en collaboration avec deux projets de nutrition à savoir le projet UNICEF WASH/Nut et celui de la réduction des mortalités des enfants de moins de 5 ans (ECHO). Le projet WASH/Nut a été mis en place en 2015 et 82652 enfants y ont bénéficiés directement à travers 18 postes et deux centres de santé. Le projet ECHO, mis en place en 2016 a vu 21600 bénéficiaires directes dans 54 villages. Les enfants reçoivent des médicaments et sont suivi par des relais communautaires formés par les deux projets. Des séances de sensibilisations ont été dispensées en faveur des communautés locales pour élever leurs consciences à propos de ce fléau. « Grâce à ces deux projets, le mécanisme de prise en charge des enfants malnutris est plus performant qu’avant. Ils reçoivent du plumpyNut : un supplément nutritif à base d’arachide et des médicaments de traitements. Des relais communautaires ont été mis en place dans toutes les structures de santé de la maoughataa pour plus de suivi. Ces relais conduisent des opérations de dépistages actives à domicile au lieu des dépistages passives qui n’étaient pas efficaces. Tout cela a été accompagné par un dispositif de lavage des mains, des latrines et un incinérateur de déchets médicaux. Ces activités ont certainement améliorées la santé des enfants malnutris et nous remercions World Vision Mauritanie pour ces actions», continue le point focal.

Le programme de développement de Kankossa, soutenu par World Vision Canada, contribue aussi à la construction de la résilience des ménages vulnérables par des activités génératrices de revenus. Dans ce sens, des femmes ont bénéficiés de formations en gestion administratives et financières des caisses d’épargne (Savings Groups) mise en place pour les aider à mieux gérer leurs ressources. Ce modèle d’épargne unique permet aux membres, au nombre de 25 femmes, de cotiser chaque semaine selon leurs moyens et d’emprunter trois fois la somme initiale. «On avait une caisse d’épargne auparavant, mais on ne savait pas comment la gérer. En plus, la majorité des membres ne pouvaient pas cotiser régulièrement alors on l’a abandonné. L’absence de moyens nous empêchait d’entreprendre des activités rentables et soutenir nos familles. Grâce à ce programme, une caisse d’épargne a été mise en place et toutes les bénéficiaires du groupe ont reçu des formations sur la gestion financière. La caisse nous permet de mettre en place des activités pour subvenir aux besoins de nos familles. On peut acheter des fournitures scolaires et des habits propres pour nos enfants et nous aide avec nos baptêmes ou cérémonies de mariages. D’ailleurs, cette caisse a renforcée notre esprit de solidarité et nous a rendu plus unis qu’avant. Je souhaite que ces actions continu à l’avenir », dit Djiba Yero Diallo, un membre du groupe d’épargne ‘El Towvigh’ à Kankossa. Il y a deux groups d’épargne à Kankossa et les deux ont pu mettre en place des AGRs comme la vente de légumes, de denrées alimentaires et de vêtements entre autres.

L’ADP a aussi des activités dans le domaine de l’éducation et du plaidoyer. En effet, un centre de développement communautaire pour la petite enfance a été construit par l’ADP à Kankossa au profit des enfants.  En plus, les jeunes ont eu un soutien technique pour initier un club d’enfants qui mènent des activités de sensibilisation sur différents thèmes comme le mariage précoce et l’hygiène. « Il n’y avait pas de jardin d’enfants ou des garderies à Kankossa. Les femmes qui avaient des activités au marché étaient obligées d’amener leurs enfants avec elles. Sur place, ils étaient exposés à beaucoup de dangers comme les voitures et les charrettes. A présent, un centre de développement communautaire a été construit par le programme pour assurer le bien-être des enfants. Personnellement, je trouve que c’est la meilleure chose qui puisse arriver à ces enfants car cela va leurs donner un avenir et les mettre à l’abri des dangers. Ils sont nourris grâce à un foyer nutritionnel dans le centre, soutenu par les mères elles même. En plus, ils reçoivent des cours en alphabétique, le Coran, maths et la lecture. Maintenant, les femmes peuvent aller à leurs occupations tranquillement et elles sont satisfaites de ce centre », dit Youma mint Mohammed, l’animatrice du C.D.C à Kankossa.

Il est important de mentionner que le nombre d’enfants parrainés à Kankossa est de 2412. La communauté locale a également bénéficiée de formations sur la protection et la participation des enfants, le plaidoyer et la voix du citoyen et la réduction de risque de catastrophe (RRC). A  présent, le nombre des relais communautaires est de 40 dont 6 relais au centre de référence à Kankossa. Le taux d’abandon a reculé à 12% et le taux de guérison de la malnutrition est de 85% en 2016 dans toute la moughataa.

 

Ecrit par Ibrahima Diallo