RDC : Être un réfugié ne tuera pas les rêves de Romaine

Romaine participe aux tâches familiales, comme la préparation des légumes pour le repas.
Romaine participe aux tâches familiales, comme la préparation des légumes pour le repas.

 

Par  Geoffrey Kalebbo Denye, WV DRC SHR Communications Specialist

Romaine avait 8 ans lorsqu'elle a été contrainte de fuir son pays, la République centrafricaine (RCA), pour la République démocratique du Congo (RDC) avec sa famille.

"Je me souviens de ce jour comme si c'était hier. Il y avait des combats, j'ai entendu des armes à feu et quelqu'un a été abattu juste devant moi", se souvient la jeune fille aujourd'hui âgée de 12 ans.

Romaine, sa mère, son père et ses frères et sœurs ont fui leur maison à bord d'une pirogue en bois, à environ une heure de route de leur village en République centrafricaine pour se rendre en République démocratique du Congo. En chemin, ils ont traversé la rivière Ubangi, le plus grand affluent de rive droite du fleuve Congo dans la région de l'Afrique centrale.

Romaine et sa famille ont fini par s'installer au bord du lac, la meilleure décision de leur vie après avoir quitté leur maison et leur famille. Le lac est une source de subsistance et fournit la nourriture de la famille. Ils ont également un petit jardin pour leurs légumes. Cependant, la région a ses propres défis.  Vivre près d'une grande étendue d'eau signifie rester à proximité des moustiques qui causent le paludisme.

World Vision, en collaboration avec Search for Common Ground et grâce à un financement du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), aide Romaine et sa famille à commencer une nouvelle vie dans la dignité.

"Avant, j'étais souvent malade, mais depuis que nous avons les moustiquaires, notre famille a peu de cas de paludisme. Je suis toujours en classe pour apprendre et jouer avec mes amis, contrairement à ce qui se passait lorsque j'étais souvent malade", explique Romaine.

Sa mère Claudia affirme que les moustiquaires ont aidé les enfants à grandir en bonne santé et à devenir forts. Nous ne dépensons plus d'argent pour le traitement du paludisme.

Mais le paludisme n'est pas la seule menace. Romaine sait combien il est difficile pour les filles de gérer leur cycle menstruel lorsqu'elles ne disposent pas des équipements sanitaires nécessaires.

"J'avais l'habitude de rester à la maison lorsque j'avais mon cycle menstruel, de peur de m'embarrasser en public. C'était à l'époque, aujourd'hui, je ne m'inquiète pas de cette période du mois. Je fais partie des nombreuses filles de mon école qui ont reçu des kits d'hygiène contenant les articles nécessaires. Je suis plus confiante à l'école et j'ai le temps de jouer avec mes amis. Je ne m'inquiète plus pour mon prochain cycle car les serviettes sont réutilisables", explique Romaine,

Romaine vit avec ses parents et ses frères et sœurs à Satema, en RDC, où elle vit depuis près de 4 ans, depuis qu'ils ont fui le conflit en République centrafricaine.
Romaine vit avec ses parents et ses frères et sœurs à Satema, en RDC, où elle vit depuis près de 4 ans, depuis qu'ils ont fui le conflit en République centrafricaine.

 

Claudia, la mère de Romaine, est membre du groupe Vrai Mere (Bonne mère). Un groupe qui apprend aux mères à préparer des repas nutritifs pour leur famille et à protéger les enfants dans les camps de réfugiés.

 "Dans le groupe, on apprend aux mères à préparer les aliments disponibles localement. J'adore la façon dont ma mère cuisine les aliments. C'est délicieux", dit Romaine.

Le dialogue facilité par le groupe permet de placer les questions de protection de l'enfance en tête des priorités de la communauté.

"Dans les endroits isolés comme Satema, où la présence du gouvernement est moins visible, les groupes de bonnes mères et de bons pères ont contribué à développer des structures informelles pour assurer la sécurité des enfants et faire respecter les règles de responsabilité en matière de protection de l'enfance", explique Sylvain Kayumba, agent de terrain de World Vision à Gbadolite.

"Nous donnons la priorité aux efforts visant à augmenter les revenus des familles, afin de répondre aux craintes soulevées par Claudia".

Claudia attribue la plupart des problèmes de protection à la pauvreté. "Il n'y a pas d'argent. La pauvreté rend la vie difficile. S'il n'y a pas d'argent et pas de possibilité d'aller à l'école, les jeunes garçons et les hommes en profitent. Ils attirent les filles avec des cadeaux d'une manière qui conduit souvent à des abus sexuels", explique Claudia.

Bien que Romaine ne soit pas dans son pays natal, le travail entrepris par World Vision et ses partenaires a aidé beaucoup de personnes comme elle à se sentir chez elles. Nous avons accès à la santé, aux écoles, à l'eau et à l'assainissement. "Je veux étudier davantage pour pouvoir devenir enseignante, car les enseignants sont intelligents", dit-elle. 

Les partenaires qui travaillent avec World Vision comprennent les partenaires Search for a Common Ground et le HCR.