Why Hunger

L'éradication de la faim et la malnutrition chez les enfants

Comment la faim et la malnutrition affectent les enfants à travers le monde

Tasya

La faim est l'un des moteurs du mariage des enfants

LIRE L'HISTOIRE DE TASYA

Foire aux questions (FAQ) sur la faim et la malnutrition

Pourquoi la faim dans le monde est-elle toujours un problème ?

Des millions d'enfants doivent se débrouiller chaque jour sans nourriture en raison des conflits, du changement climatique, des impacts indirects persistants de la pandémie de COVID-19 et de la hausse des coûts.

En 2022, les gouvernements, la société civile, le secteur privé, les donateurs, les organisations internationales et les universités ont pris de nombreux engagements et promesses financières pour améliorer la nutrition, mais ont toujours négligé de fournir le financement ou le suivi nécessaire.

Le changement climatique dévaste les communautés, détruisant les cultures et les revenus par des sécheresses, des inondations, des tempêtes extrêmes et des conditions météorologiques imprévisibles. Les conflits et la violence aggravent les crises existantes. Une reprise socio-économique inégale et les impacts indirects persistants de la pandémie de COVID-19, ainsi que de la guerre en Ukraine, ont entraîné une hausse des prix de la nourriture et d'autres produits de première nécessité, obligeant des familles déjà vulnérables à faire des choix impossibles entre la nourriture et les médicaments, les fournitures scolaires ou même un endroit où se loger.

La nutrition a toujours été sous-financée et les gouvernements ont négligé d'en faire une priorité. La dénutrition est à l'origine de près de la moitié de tous les décès d'enfants de moins de 5 ans. Des centaines de millions d'enfants souffrent de maladies curables, d'insuffisance pondérale, de retard de croissance, d'émaciation, d'anémie et de surpoids.

Les systèmes alimentaires défaillants continuent d'aggraver les choses. À l'heure actuelle, le monde produit environ 8 milliards de tonnes de nourriture par an, assez pour nourrir chaque fille, garçon, femme et homme de la planète. Mais chaque année, 14 à15 % de la nourriture, d'une valeur de 370 à 400 milliards de dollars américains, est perdue avant de pouvoir être consommée (entre la récolte et la vente au détail). C'est tout simplement intenable dans un monde où 2,4 milliards de personnes n'ont pas assez à manger.

Les chaînes d'approvisionnement injustes pour l'industrie alimentaire et des boissons, en particulier dans le secteur agricole, augmentent encore la faim chez les enfants. Les producteurs d'aliments et de boissons continuent de travailler avec des fournisseurs qui maintiennent les petits exploitants agricoles et leurs familles dans la pauvreté en raison des prix injustes du marché, forçant les familles à adopter des stratégies d'adaptation négatives qui affectent leurs enfants, telles que le travail des enfants, la mendicité, la violence ou l'exploitation, l'abandon scolaire et le mariage des enfants.

Comment prévenir la malnutrition aiguë ?

Nos solutions ne se limitent pas à la prise en charge. Grâce à nos programmes de prévention précoce, nous avons constaté un taux de prévention de 50 % des cas de malnutrition aiguë à faible coût, une réduction du retard de croissance, une réduction de l'anémie maternelle et infantile, une sécurité alimentaire accrue des ménages, une amélioration de l'alimentation et des jalons plus importants pour le langage et la motricité des enfants. Ces programmes comprennent : des rations alimentaires, un changement social et comportemental grâce à l'approche du Groupe de soins (allaitement maternel exclusif, sevrage et hygiène domestique) et des systèmes de santé renforcés.

Nous avons simplifié les moyens d'aider les enfants, par exemple en renforçant les capacités des agents de santé communautaires, en enseignant aux soignants comment reconnaître les signes de dénutrition et en formant les mères et les soignants aux meilleures pratiques en matière d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants.

Cependant, nous savons que seulement 1 enfant sur 5 qui a besoin d'un traitement salvateur pour l'émaciation le reçoit. Nous avons des solutions abordables et évolutives qui peuvent lutter contre la malnutrition là où les enfants sont déjà confrontés à la dénutrition et aux problèmes de santé connexes. Notre prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) est très rentable pour les enfants qui souffrent d'émaciation. Il permet aux communautés d'identifier et de traiter les enfants malnutris.

La faim dans le monde est-elle un problème environnemental ?

Le changement climatique est l'un des quatre principaux facteurs à côté des conflits, de l'inflation des coûts et de la COVID-19 qui perpétuent la crise mondiale de la faim. Il provoque des problèmes tels que des sécheresses, des inondations, des tempêtes et des conditions météorologiques imprévisibles. Ces chocs climatiques détruisent les cultures ou les empêchent complètement de pousser. L'accès à l'eau potable est perturbé, les systèmes d'irrigation s'assèchent et la production alimentaire est à l'arrêt ; les familles ne peuvent pas cultiver, prendre soin de leur bétail ou générer un revenu. Sans eau potable, des communautés entières souffrent de la faim.

Les enfants courent un risque accru lorsqu'il n'y a pas assez d'eau. Plus de 160 millions d’enfants vivent dans des zones de sécheresse de haut niveau et plus de 2 milliards de personnes vivent dans des pays où l'approvisionnement en eau est insuffisant. Non seulement cela affecte leur accès à des aliments nutritifs, mais cela a des impacts durables sur leur santé globale, leur éducation et leur développement à long terme.

La disponibilité d'eau potable est tout aussi essentielle pour les enfants souffrant de malnutrition que l'aide alimentaire. Les enfants sont souvent victimes de maladies d'origine hydrique (par exemple, la diarrhée et le choléra), qui empêchent le corps d'absorber et d'utiliser les nutriments essentiels, même lorsque suffisamment de nourriture est disponible. On estime qu'un accès insuffisant à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène représente environ 50 % de la malnutrition mondiale.

La faim et la malnutrition sont-elles la même chose ?

La faim et la malnutrition sont liées mais sont deux choses distinctes. La faim est la détresse associée au manque de nourriture. La malnutrition fait référence à des carences, des excès ou des déséquilibres dans l'apport énergétique et / ou nutritionnel d'une personne – elle fait référence à la fois à la dénutrition et à la suralimentation. Il existe trois formes de malnutrition : la dénutrition (dont 3 formes – émaciation, retard de croissance, insuffisance pondérale) ; les carences en micronutriments (ou carences en vitamines et minéraux) ; et le surpoids (y compris l'obésité et les maladies non transmissibles liées à l'alimentation).

Les enfants peuvent être mal nourris sans les signes physiques de la faim, mais cela reste nocif et peut être dangereux pour les enfants. La malnutrition touche particulièrement les familles qui n'ont pas les moyens de se procurer des aliments nutritifs ou d'accéder aux soins de santé. La faim peut être évitée avec des aliments malsains, mais avoir suffisamment d'aliments nutritifs est essentiel pour la croissance physique et le développement du cerveau d'un jeune enfant. À mesure que les enfants grandissent, des aliments nutritifs les protègent également des maladies courantes et leur fournissent le carburant nécessaire pour apprendre.

Les aliments malsains, tels que les aliments ultra-transformés riches en sucre, en sel et en graisses malsaines, ainsi que les boissons sucrées, peuvent entraîner une malnutrition, notamment les conditions suivantes : carences en micronutriments, surpoids (poids élevé par rapport à la taille), obésité (une forme grave de surpoids) et maladies non transmissibles liées à l'alimentation (par exemple, diabète, hypertension).

La malnutrition et l’inanition sont-elles la même chose ?

Non, ce n’est pas la même chose. L’inanition est une souffrance extrême ou la mort, causée par un manque prolongé de nourriture. La malnutrition survient lorsque les enfants présentent des carences, des excès ou des déséquilibres dans l'apport en nutriments ou lorsque la capacité de leur corps à utiliser les nutriments est altérée. Les causes les plus courantes de malnutrition sont une alimentation inadéquate ou une maladie (par exemple, des épisodes d'infection graves ou répétés).

La forme la plus grave de dénutrition est connue sous le nom d'émaciation sévère, c'est la forme la plus visible de dénutrition, caractérisée par un enfant frêle et squelettique avec un très faible poids pour sa taille et une émaciation musculaire sévère. Il faut un traitement urgent pour la survivre. Les enfants qui en souffrent peuvent également présenter un œdème nutritionnel, caractérisé par un gonflement des pieds, du visage et des membres. Si elle n'est pas traitée, la malnutrition aiguë sévère peut causer des dommages à longue durée ou irréversibles, y compris des dommages aux organes et la mort.

Actuellement, 35 millions de personnes sont au bord de l’inanition dans au moins 39 pays dans le monde. Cette crise de la faim est sans précédent dans les temps modernes, affectant des pays d'Afrique, d'Amérique latine, du Moyen-Orient et d'Europe de l'Est, d'Asie et du Pacifique. Plus de la moitié (214 100) des personnes subissant des conditions semblables à la famine se trouvaient en Somalie, mais 87 000 personnes au Soudan du Sud, 31 000 au Yémen, 20 300 en Afghanistan, 19 200 en Haïti, 3 000 au Nigéria et 1 800 au Burkina Faso vivaient également dans ces conditions extrêmes. Ceux qui restent sont sur le point de mourir de faim.

Qu'est-ce que l'émaciation ?

L'émaciation, également connue sous le nom de « malnutrition aiguë », touche environ 45 millions d'enfants de moins de 5 ans. L'émaciation est un enfant trop mince pour sa taille. Elle survient à la suite d'une perte de poids rapide récente ou d'une incapacité à prendre du poids, souvent en raison d'un apport alimentaire insuffisant ou d'une maladie. Il existe différents niveaux de gravité de la malnutrition aiguë modérée à sévère.

Seul un enfant sur cinq reçoit le traitement nécessaire, entraînant la mort d'un million d'enfants chaque année.

Qu'est-ce que le retard de croissance ?

Le retard de croissance fait référence à un enfant trop petit pour son âge en raison d'une dénutrition chronique, en particulier au cours des 1 000 premiers jours entre la conception et l'âge de 2 ans. C'est un marqueur de la malnutrition chronique et le meilleur prédicteur du potentiel économique global d'une personne au sein de la société.

Plus de 148 millions d'enfants de moins de 5 ans ont été touchés par un retard de croissance en 2022.

Où la malnutrition est-elle la plus fréquente ?

La malnutrition infantile est universelle elle est simplement différente dans différents contextes. Les enfants des zones rurales et des familles à faible revenu, dont les mères ont un niveau d'éducation inférieur, sont plus susceptibles de souffrir de retard de croissance ou de malnutrition. Pendant ce temps, les enfants des villes et des familles plus riches ont tendance à être plus susceptibles d'être en surpoids. Peu de pays sont sur le point d'atteindre les objectifs liés au retard de croissance, au surpoids, à l'anémie, à l'insuffisance pondérale à la naissance et à l'émaciation chez les enfants.

Comment prévenir la famine ?

Le terme famine a une signification technique spécifique ; cependant, des conditions « semblables à la famine » ou « catastrophiques » peuvent exister dans des endroits à l'intérieur des pays. Ces conditions sont souvent prévisibles et évitables. Le monde dispose de systèmes pour détecter les conditions semblables à la famine ainsi que d'outils pour les prévenir en agissant rapidement.

Les familles ont du mal à avoir assez à manger 258 millions de personnes étaient confrontées à la faim extrême en 2022. Les enfants ont faim et souffrent de malnutrition aiguë. Deux filles et femmes sur trois souffrent de carences en micronutriments. Les niveaux de faim chez les enfants sont les pires depuis des générations en raison du changement climatique, des conflits, des impacts durables de la pandémie de COVID-19 et de l'inflation des coûts. Nous en avons eu ASSEZ.

L'aide humanitaire seule n'est pas suffisante. Nous devons travailler en collaboration et intentionnellement dans les domaines de l'aide humanitaire, du développement et de la consolidation de la paix pour utiliser efficacement les mesures d'anticipation et les filets de sécurité sociale. Ensemble, nous pouvons nous préparer et atténuer les risques climatiques tout en renforçant la résilience des communautés à ces chocs cycliques qui poussent les gens dans ces conditions catastrophiques.

Les alertes précoces devraient devenir le catalyseur de l'action. Il y a encore une fenêtre d'opportunité pour sauver des centaines de milliers de vies. La communauté internationale doit agir maintenant pour modifier la trajectoire de ces crises.

Nous croyons qu'il faut une approche globale pour prévenir la famine, la faim et la malnutrition. Nous avons besoin d'interventions qui non seulement sauvent des vies dans l'immédiat, mais s'attaquent également aux causes profondes des problèmes. Nous voulons accroître la sensibilisation pour plaider en faveur de changements dans les politiques. Nous devons nous attaquer aux systèmes alimentaires injustes et inéquitables. Les infrastructures de santé communautaire doivent être renforcées. Nous voulons renforcer la résilience des communautés et les moyens de subsistance durables, promouvoir des pratiques agricoles climato-intelligentes et veiller à ce que les enfants, qui sont souvent les plus touchés par ces crises, continuent d'avoir accès à l'éducation et soient protégés de la violence.

 

La crise alimentaire touche tout le monde

 

La faim et la malnutrition sont universelles ; elles sont simplement différentes dans différents contextes. Nous pouvons nommer les points chauds de la faim, mais trouver la faim chez les enfants partout. Aucun pays n'atteint tous les objectifs mondiaux en matière de nutrition pour les enfants.

 

 

Il y a une urgence où les enfants manquent de l'apport calorique minimal. Dans les zones touchées par des conflits, des sécheresses ou des crises de réfugiés, ce sont les femmes et les filles qui souffrent le plus lorsque les enfants n'ont pas assez de nourriture.

Il y a aussi une urgence où les enfants dépassent leur apport calorique. Les aliments de mauvaise qualité ne donnent pas à leur corps et à leur cerveau les éléments de base dont ils ont réellement besoin.

S'ils ne sont pas traités, ces problèmes de faim sont transmis d'une génération à l'autre, créant un cycle perpétuel de désavantages et de problèmes de santé.

Soyons solidaires avec tous les enfants, peu importe d'où ils viennent, pour nous assurer qu'ils ont ASSEZ de bons aliments pour s'épanouir.

JE PASSE À L’ACTION