Cérémonie de reconnaissance en faveur des communautés locales pour l’accompagnement du projet AIM/Health à Guérou et Mbagne.

Dans le cadre des activités du projet AIM/Health, deux cérémonies de remise de certificat de reconnaissance ont été organisées le 27 et 29 décembre dans les deux zones d’intervention du projet à savoir les départements de Guérou et Mbagne. En effet, les agents de santé communautaires et les relais communautaires ont reçu des attestations de récompense à leurs efforts et contributions à l’implémentation des modèles programmatiques a la réalisation des objectives du projet AIM/Health Mauritanie. Ces ASC et leurs relais ont également reçu des tenus de visibilité. « Nous sommes très content de ce projet qui nous est très bénéfique sur le plan sanitaire. Je me rappel des temps où les femmes enceintes étaient obligés d’accoucher sur place sans assistance médicale. Parfois, on devait même prendre des pirogues pour aller à l’autre bout du lac en temps d’hivernage pour voir un médecin.  En tant que relais communautaire, je peux attester des améliorations concrètes sur la santé maternelle et infantile grâce à ce projet. Des ASC et relais formés sont maintenant présents dans plusieurs villages pour prendre soins  des femmes enceintes et les enfants malnutris aussi. On a reçu des charrettes aussi pour faciliter le transport des cas urgents dans le poste de santé le plus proche. C’est des actions à encourager et nous remercions l’organisation pour ses interventions », dit Siradji Ba, un relais communautaire à Roufi Awadi.

Les comités de santé communautaire, formés et mis en place par le projet, ont eux aussi reçu des attestations en guise de reconnaissance pour l’accompagnement du projet au niveau communautaire. Ils ont également reçu des T-shirts, des casquettes et des badges pour faciliter le travail de leurs bureaux. «Avoir des agents de santé communautaire au niveau local est une demande qu’on a soumis depuis longtemps. L’arrivée de ce projet a certainement facilité le travail des médecins surtout quand il s’agit de village très isolés. Depuis lors, le taux de mortalité maternelle et infantile a diminué, l’indicateur des consultations pré et post natale a augmenté ainsi que le taux de vaccination. La fonctionnalité de ces ASC a été très bénéfique dans la couverture sanitaire de la moughataa de Guerou. De ce fait, je souhaite que le nombre des ASC soit augmenté dans toute la commune. Elles ont un rôle important dans le dépistage et la référence des cas de la malnutrition dans les structures de santé. Leurs rôle et important aussi dans la prise en charge des cas d’enfants malnutris à travers les foyers communautaires pendant la période de soudure. Ce projet a certainement révolutionné la santé communautaire au niveau locale et même au niveau nationale », raconte le médecin chef de la moughataa de Guérou, Dr. Abdallahi Boubacar.

Les deux cérémonies ont connu la présence des représentants des autorités locales, les élus locaux et les deux médecins chef dans les deux départements. Ces derniers ont valorisés les activités et réalisations de ce projet et ont exprimés leurs volontés d’apporter tout le soutien possible pour que les communautés locales continuent de bénéficier de ses actions. « La commune de Debbay Hijjaj se trouvait dans une situation particulièrement difficile car il n’y a qu’un seul poste de santé pour 18 villages. Certains villages sont très enclavés et beaucoup de personnes n’ont pas accès à la santé. Ce projet a énormément servi la commune sur le plan sanitaire car des agents de santé communautaires ont été mises en place pour assister les malades de manières générales et les mères et enfants en particulier. Les comités de santé locale aussi font un travail énorme pour la mobilisation et la sensibilisation de la communauté locale sur différents thèmes comme la santé et l’hygiène. Ce projet a amélioré les conditions de santé au niveau de la commune et je ne peux que les encourager pour continuer dans ce chemin », dit Abdoulaye Kelly, le maire de Dibbay Hijjaj, dans le département de Mbagne. 

 

Ecrit par Ibrahima Diallo.