Senegal Child Participation and Protection sector image

Protection et Participation Des Enfants

Ce que nous voulons faire:

Nous voulons que tous les enfants sachent qu'ils sont aimés de Dieu et de leurs voisins et qu'ils soient pris en charge, protégés et participent aux décisions qui les concernent et leur vie. Nous travaillons dans ce sens en:

-assurant que les familles et les communautés comprennent les droits de l'enfant ;

-aidant les familles à comprendre l'importance de l'enregistrement des naissances ;

- nous assurant que les enfants vivent dans des familles et des communautés sûres avec des lieux adéquats pour jouer et se développer ;

- nous assurant que les enfants sont respectés et autorisés à participer aux décisions qui les concernent ;

-nous assurant que les enfants entretiennent une relation positive avec leurs pairs, les membres de la famille et les communautés ;

-aidant les enfants à grandir dans leur découverte de l'amour de Dieu dans un environnement qui leur donne cette liberté.

Quel est le problème?

Certaines croyances culturelles et religieuses néfastes, associées à des obstacles socio-économiques, mettent parfois les enfants en danger. Les mutilations génitales féminines, les mariages d'enfants et le problème d’enregistrement des enfants à la naissance constituent des formes d’abus contre eux.

Comment World Vision aborde-t-il les problèmes?

Nous réunissons les parents, les membres de la communauté et les chefs religieux pour qu'ils se familiarisent avec les problèmes auxquels font face les enfants dans leurs communautés et les équipons pour qu'ils prennent les mesures qui s'imposent. Et, pour améliorer les relations familiales, nous fournissons aux parents et aux leaders religieux une bonne compréhension du rôle de la famille et de l’éducation. 

Est-ce que cela marche?

Dans le cadre des stratégies de programmation et des interventions spécifiques qui sont mises en œuvre au niveau enfant, famille, communauté et gouvernement pour la protection des enfants, World Vision a appuyé la mise en place de 330 comités locaux de protection de l’enfant en 2019, ce qui porte à 610 le nombre de comités pour intégrer et traiter efficacement les questions relatives à la protection de l’enfant dans les programmes communautaires ainsi que les autres interventions en faveur des enfants vulnérables.

Parallèlement au renforcement des mécanismes locaux de protection de l’enfant, World Vision a aussi misé sur le renforcement des capacités d’autoprotection des enfants avec la mise en place de 182 clubs d’enfant où 16 947 enfants et jeunes dont 8 550 filles et 8 394 garçons renforcent leur autonomie nécessaire pour devenir des agents de changement social. Cela contribue pour beaucoup à leur propre développement, leur propre bien-être, et à celui de la communauté. En effet, la mise en place et les activités d’appui initiées au niveau des clubs d’enfant et les autres structures et associations d’enfants sont de véritables cadres qui permettent de renforcer leur niveau de connaissance sur l’identification des signes précurseurs des violences et à prendre des mesures pour se prémunir des risques d’abus sexuels et surtout de l’exploitation.

Au niveau de la participation, un accent est mis sur les compétences de vie des enfants et de la prise d’initiatives pour renforcer leur capacité à se protéger eux-mêmes mais aussi et surtout à s’exprimer sur les questions relatives à la protection de l’enfant, à mieux comprendre les notions d’abus, de violence mais aussi et surtout de s’auto-protéger et de réduire les risques d’exploitation à leur encontre. Les activités et actions initiées permettent aussi aux enfants et jeunes de se pencher sur des questions personnelles et familiales difficiles dans un environnement sûr, et de faire des choix dans leur vie de tous les jours qui les aident à atteindre leurs objectifs actuel et futur.

Des séances de sensibilisation sont organisées pour permettre aux communautés de discuter sur des thèmes aussi variés que les abus sexuels faits aux enfants et sur leurs signes, la négligence des parents, le travail des enfants, l’apprentissage aux enfants de stratégies d’autoprotection, les réflexes et stratégies à développer face aux situations de violence et d’abus sexuels et ainsi partager le même regard et les mêmes préoccupations sur la problématique de protection de l’enfant.

À travers le système de suivi, 44 cas qui portent atteinte à la protection de l’enfance sont enregistrés et ont permis des interventions éclairées et stratégiques en matière de prise en charge des victimes et de leur réhabilitation psychosociale. Ces violations sont peu reconnues et insuffisamment signalées, ce qui constitue un obstacle au respect des droits humains des enfants.

*Chiffres de 2019