Senegal Livelihoods and Resilience Home Image

Moyens d’existence et résilience

Ce que nous voulons faire:

Nous croyons que tous les enfants sont des dons de Dieu et doivent être pris en charge, protégés et responsabilisés. Bien que de nombreuses familles souhaitent offrir ces services à leurs enfants, elles n’ont ni la capacité ni les ressources nécessaires pour le faire. Nous travaillons dans ce sens en:

-augmentant les revenus des familles et, par conséquent, de leur capacité à subvenir aux besoins de leurs enfants ;

-donnant aux communautés les moyens de planifier, de faire face aux catastrophes et de se relever ;

-aidant les familles à adopter les meilleures pratiques pour la gestion durable des ressources naturelles.

Quel est le problème?

De nombreuses familles dépendent des techniques d’agriculture de subsistance et n’ont pas les outils agricoles nécessaires pour produire un revenu vital de leurs fermes. Cela, conjugué à des pratiques culturelles dommageables et à une pression constante sur les ressources naturelles, a entraîné une réduction de la capacité de leur environnement à produire ce qu'il était autrefois.

Comment World Vision aborde-t-il les problèmes?

Pour contribuer à l’accroissement du bien-être de 8 millions d’enfants à l’horizon 2021, World Vision Sénégal à travers son programme technique « Livelihoods & Resilience » met en œuvre entre autres approches le projet-modèle « Développement Local de Chaînes de Valeur » (LVCD) depuis 2018. Les interventions relatives au développement local de chaines de valeur entrent dans le cadre de l’approche sectorielle globale des moyens d’existence et sont intégrées dans le projet-modèle fondamental « Building Secure Livelihoods » retenue entre autres pour la mise en œuvre de notre stratégie globale « Notre Promesse ».

Qu’est-ce que LVCD ?

Le modèle de projet Développement Local de Chaînes de Valeur (LVCD) de World Vision aide les producteurs à accroître leurs revenus en les amenant à travailler ensemble en groupes pour mieux comprendre et se connecter aux marchés, pour augmenter ainsi leur rentabilité.

Dans nos zones d’intervention, l’agriculture constitue la principale source d’emplois et de revenus, mais les producteurs vivent peut-être dans la pauvreté parce qu’ils ont peu à vendre, ou ce qu’ils vendent n’est pas ce qui est exigé sur le marché, réalisant un faible prix et rapportant peu de profit.

Cette approche est basée sur 4 éléments-clés :

  • Faciliter l’étude de marché au cours de laquelle World Vision travaille avec la communauté pour étendre l’économie locale et identifier les produits à fort potentiel à travers une analyse détaillée de la chaîne de valeur.
  • Amener les producteurs à travailler collectivement : World Vision mobilise et renforce les groupes de producteurs afin de travailler ensemble dans leurs activités de production, de transformation et de commercialisation.
  • Renforcer les connaissances et compétences des producteurs : World Vision facilite aux groupes de producteurs l’accès à la formation technique et un accompagnement technique et professionnel pour assurer des connaissances et des compétences durables.
  • Faciliter la mise en relation : World Vision soutient les groupes de producteurs dans l’accès à l’épargne et au financement, aux services de vulgarisation et d’affaires et aux marchés nouveaux et existants en les reliant aux acteurs du marché et aux fournisseurs de services, en assurant l’autosuffisance à long terme.

La mise en œuvre de cette approche dure 4 à 5 ans et est facilitée par un agent appelé facilitateur de marché. Les résultats suivants sont attendus à terme après 5 ans :

  • Des producteurs qui acquièrent des connaissances, des compétences et des attitudes améliorant la productivité, la qualité des produits, l’équité du genre et la gestion des terres ;
  • Des producteurs qui augmentent leur bénéfice annuel d’au moins 30%.
Est-ce que cela marche*?

Après 2 années de mise en œuvre du projet modèle LVCD dans les 3 bureaux de Vélingara, Kolda et Kaffrine qui regroupent respectivement 4, 2 et 3 programmes de développement, les résultats suivants sont notés :

• 168 Groupes de Producteurs sont soutenus à travers le projet LVCD ;

• 3,208 producteurs membres des Groupes de Producteurs dont 54% des groupes dirigés par une femme ;

• 31 groupes ont vendu collectivement leurs produits soit 18% ;

• 8,651 tonnes de produits des chaines de valeurs ont été vendus collectivement ;

• 228 producteurs ont participé à une formation technique sur les bonnes pratiques agricoles (123 personnes dont 33%) en gestion administrative et financière (85 personnes dont 52% de femmes) et orientation sur le fonctionnement des Institutions de Microfinance (IMF) (20 personnes dont 20% de femmes).

*Chiffres à partir de 2019