Des eaux boueuses des marigots, au forage de Fongolimbi

Aujourd’hui l’eau est devenue un enjeu stratégique. Cependant, la région de Kédougou reste l’une des régions ou la rareté de l’eau y est d’une acuité sévère. Le niveau de pauvreté actuelle de la région fait que les couches les plus vulnérables notamment les personnes âgées, les handicapés, les enfants et les femmes sont les plus  exposées.

La situation dans l’arrondissement de Fongolimbi par exemple est marquée par  un taux d'accès à l'eau très faible. Du  coup, ce faible accès à l'eau a incité les populations à utiliser les eaux de surface (étangs et rivières) pour leur consommation, surtout en saison pluvieuse.

Fongo WASH and Maternal Health, un porteur d’espoir et de changement

World Vision Sénégal  en partenariat avec World vision Corée a développé un projet innovant dénommé « Fongo WASH and Maternal Health » pour une durée de trois années, d’octobre 2016 à  Septembre 2018. Ce projet a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans la région de Kédougou par :

  • Un l’accès à une eau potable et aux services de santé
  • Un  changement de comportement
  • Une  prise en charge des maladies liées à la consommation d’une eau non potable.

« Plusieurs programmes ont tenté de creuser des forages  mais ils n’ont pas réussi du fait de la dureté de la roche. Tout récemment le gouvernent a tenté de réaliser un forage ici mais sans grande réussite. Mais grâce au projet Fongo WASH and Maternal Health le problème de l’eau reste un vieux souvenir » affirme Djibi Souare, chef du village de Wallan Sinthiou. Cette localité nichée sur les points les plus  culminants du pays, l’approvisionnement en eau est un parcours du combattant surtout pour les femmes et les enfants.  Il faut faire des kilomètres dans cette foret luxuriante pour  recueillir au bas d’une cuvette une eau boueuse, pollué et impropre à la consommation. La nature du sol dans cette localité est un socle. Les populations reçoivent l’eau de pluie et c’est cette eau que toute la population  consomme.

« Les femmes quittaient les maisons vers 5h du matin pour faire plus de 7 km en aller et retour pour arriver au point d’eau qu’elles se partageaient avec les animaux domestiques et sauvages. Maintenant nous avons un forage au sein du village ; ceci grâce au projet. La corvée d’eau a fortement diminué. Nous avons plus de temps pour vaquer à d’autre occupations et développer des activités génératrices de revenus .Nos enfants peuvent aller à l’école » poursuit Djibi Souare.

A la recherche de l’or bleu

Le manque d’eau est devenue un facteur  qui conduit la population à l’exode et à créer d’autre localité plus proche des points d’eau en laissant derrière toute leur histoire. Le chef du village de Niagalan Rounde, Thierno Abass Diallo témoigne à cet effet : « les populations du village de Niagalan «Roundé» (ce mot signifie les castés) ont quitté le village de Kafory localité situé à une quinzaine de kilomètre pour créer ce village en 1939. Nombreux sont les programmes qui ont tenus des promesses ici pour réaliser des forages mais sans suite. Les femmes étaient obligées de faire des kilomètres ou traverser la frontière Guinéenne pour s’approvisionner en eau avec tous les risques. Et qu’elle eau!»

« Un  incendie au courant du mois d’avril  a  ravagé  toute ma maison parce qu’on n’avait pas assez d’eau pour éteindre le feu » poursuit un habitant du village de Madihou Roundé.

Selon le Maire de Fongolimbi, Mr Samba Camara « le projet Fongo WASH and Maternal Health est venu à son heure et  a donné un nouveau visage à  l’arrondissement de Fongolimbi. Il a permis à des populations l’accès à une eau potable et de lutter contre de nombreuses  maladies liées à l’eau. Toute la communauté est engagée pour la réussite du projet et nous remercions World Vision pour tous les  efforts qu’il fait pour permettre à nos communautés d’être dans de meilleure conditions de vie.»

Promouvoir   l’hygiène à l’école

Dans la dynamique de garantir les meilleures conditions de sécurité, d’hygiène et de bien-être aux élèves, le projet Fongo WASH and Maternal Health a permis la construction de blocs d’hygiène et la dotation en kit d’hygiène dans les écoles de l’arrondissement. « Près de 20 écoles ont bénéficié de latrines et de kit d’hygiène avec le projet Fongo WASH and Maternal Health. Ceci a permis de lutter contre la défécation à l’air libre dans plusieurs établissements » souligne encore Fode Keita, Maire de Dimboli.

En perspective d’ici 2018 quinzaine de forages seront construits et près d’une quinzaine réhabilités. Ce qui permettra de répondre aux préoccupations majeures en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement.

Par Diatta Kane, Coordonateur du projet Fongo WASH and Maternal Health