Lancement national de la campagne "Ensemble pour un Sénégal sans mariage d'enfants"

Quelle meilleure manière que de porter le flambeau pour le premier lancement national de la campagne dans un pays francophone pour entendre plus de 1200 enfants répétant notre campagne!

Le 19 mars a été le début d'une semaine d'activités soigneusement planifiées pour marquer le lancement externe de la campagne de World Vision Sénégal pour mettre fin au mariage d'enfants. Un travail d’équipe acharné a été fait pendant de nombreux mois autour de cette campagne pour le meilleur effet!

Au grand théâtre de Dakar, plus de 1200 enfants issus de Dakar et des programme de World Vision Sénégal étaient présents et ont fait part de leur désir de mettre fin au mariage des enfants d'ici 2030 - conformément aux SDG 5.3 et 16.2.

Ces enfants ont fait le déplacement dans le cadre du lancement externe par World Vision Sénégal de la campagne « Ensemble pour un Sénégal sans mariage d’enfants ». Cette initiative vient en appui à la campagne nationale du gouvernement sénégalais contre le mariage des enfants.

Les débats, à tous les niveaux ont rythmé la semaine pour éclairer sur ce qui est un problème fondamental ici au Sénégal, avec 1 enfant sur 3 mariés avant l'âge de 18 ans. Le mariage des enfants n'est pas seulement un déni de leurs droits fondamentaux, mais plus encore une cause critique de la santé physique et du bien-être profond, des conséquences psychosociales, émotionnelles et vitales. Les nourrissons de mères âgées de moins de 20 ans ont des chances de mortalité nettement accrues, les mères de moins de 15 ans ont 88% de chances de subir une fistule obstétricale. Ce ne sont que quelques-unes des horreurs qui doivent être abordées.

A travers cette campagne, World Vision veut attirer l’attention sur la pratique des mariages précoces qui concerne 33% des filles au Sénégal. D’ailleurs, les enfants ont profité de la tribune pour demander que l’âge légal du mariage soit relevé à 18 ans au lieu des 16 ans.

Dr. Andrew Catford, Directeur National de World Vision

"Le mariage d’enfants touche près de 33% de la société sénégalaise. World Vision ne peut se taire face à un tel problème. World Vision, avec ses partenaires cherchera durant les années à venir à

  • Rendre visible les mouvements avec, pour et par les enfants, pour  les changements d’attitudes, pour sensibiliser et mener des actions courageuses et efficaces pour mettre fin au mariage d’enfants.
  • Renforcer la prévention, la réponse et les mesures réparatrices pour traiter le mariage d’enfants.
  • Augmenter le financement ciblé à long terme pour mettre fin au mariage d’enfants.
  • Accompagner l’Etat pour la mise en œuvre des engagements visant à mettre fin au mariage d’enfants.

L’éradication des mariages d’enfants constitue un défi qui nécessite la mobilisation de tous les partenaires, de toutes les populations à tous les niveaux." a déclaré Dr. Andrew Catford, Directeur National de World Vision Sénégal. Il ajoute à cet effet " Les enfants et les jeunes aussi ont un rôle à jouer dans cette campagne en devenant des acteurs de changements qualitatifs par la participation active aux processus décisionnels qui les concernent. Ces structures sont le Parlement des Enfants, les Mouvements et Associations de jeunes, les gouvernements scolaires et différents clubs d’enfants. Le gouvernement a entrepris d’importantes réformes du cadre juridique comme le projet de Code de l’Enfant et celui du Défenseur  des Enfants. Je voudrais, à l’occasion de cette campagne réaffirmer l’engagement de World Vision aux côtés du gouvernement du Sénégal à accompagner toutes les actions de renforcement du cadre législatif en faveur des droits de l’enfant comme le relèvement de l’âge légal du mariage des filles, l’encadrement pénal des mariages d’enfants, la promotion de l’égalité de droits entre filles et garçons."

« Au Sénégal, on estime que les mariages d’enfants entraînent des dégâts incommensurables. Cela ralentit le développement économique et peut éroder le capital humain et social du pays. En plus, il y a des conséquences sévères sur la santé des filles-mères et des nouveau-nés », a souligné Paul Dominique Corréa, Coordonateur des Campagnes de Plaidoyer à World Vision Sénégal. Il a ajouté que « les communautés confessionnelles ont un rôle essentiel à jouer ».

Paul Dominique Correa, Coordonateur des Campagnes de Plaidoyer 

Au cours des cinq prochaines années, la campagne « Ensemble pour un Sénégal sans mariage d’enfants » cherchera à avoir un impact positif sur la vie de centaines de millions de garçons et de filles vulnérables et exposées aux mariages précoces, apportant ainsi une contribution importante à l’Objectif de Développement Durable (ODD).

Les enfants ont profité de cette tribune pour remettre un mémorandum aux représentants du gouvernement. Dans le document, ils réclament notamment « la fin des mariages de filles âgées de moins de 18 ans et le renforcement du dialogue qui mettrait fin aux pratiques de mariages précoces ».

Remise du mémorandum aux autorités par les enfants

Le risque de mortalité maternelle et infantile est très élevé pour les filles mariées avant l’âge de 18 ans, ont notamment insisté les enfants. "Quand elles sont mariées avant l'age de 18 ans, les filles ont du mal à intégrer le marché du travail. Il est temps d'arreter le mariages des enfants pour plus d'opportunités" a déclaré Fatou, la représentante des enfants face aux autorités présentes à la cérémonie.

Fatou, représentante des enfants, lors de son discours

Niokhobaye Diouf, le Directeur des Droits et de la Protection de l’Enfance et des Groupes Vulnérables (DDPEGV), a indiqué que «le gouvernement est dans les dispositions de combattre toutes sortes de mariages impliquant les enfants». Ce phénomène a des conséquences sur le développement de ces derniers. « Une fille qui n’a pas encore atteint les dispositions physiques ne peut pas s’engager dans un mariage; tout comme un garçon encore mineur », a-t-il rappelé.

Niokhobaye Diouf, le Directeur des Droits et de la Protection de l’Enfance et des Groupes Vulnérables

En outre, il a aussi évoqué les conséquences économiques telles que l’abandon scolaire. Selon lui, le gouvernent du Sénégal a dès lors pris des mesures administratives allant dans le sens d’une meilleure protection des enfants. Un code de l’enfant qui propose le relèvement de l’âge de mariage des filles à 18 ans au lieu de 16 ans est en cours de traitement, a-t-il annoncé.

World Vision appelle tous les partenaires techniques, les membres de la société civile, le gouvernement, les leaders religieux... à s'impliquer pour un " Sénégal sans mariage d'enfant".

Les enfants aussi avaient faisaient du spéctacle


L'artiste musicien DIP était aussi de la partie

Crédits Photos: Alexandre Gassama