Les clubs d'enfants améliorent la performance scolaire à Fatick

Les enfants de la région sénégalaise de Fatick, qui inclut des communautés sérères, diolas, peuls et d'autres communautés plus petites, déplorent le fait qu'ils ne disposent pas d’un choix suffisant en termes de temps de jeu et de divertissement, en raison du manque d’espaces de jeu. Hormis le football, peu d'activités font intervenir de manière créative l'énergie des enfants une fois l'école terminée. Les espaces informels en dehors de l'école ne sont pas nombreux et adultes comme enfants s’en plaignent. Delphine Beassin, une jeune élève de vivant à Salemata, dans l'État de Kedougou, affirme ce qui suit : « Souvent, après l'école, nous n'avons nulle part où aller et où jouer » et Diene Ngom, père de deux Enfants Inscrits dans l'ADP de Diakhao, dans la Base de Fatick de WV Sénégal, le confirme : « La réalité de la situation de notre village est que les enfants n'ont nulle part où aller pour se divertir ». L'ennui enduré par les enfants de la Base de Fatick est par conséquence évident.

Les activités du Club des enfants dans l'ADP de la Cellule de Ndiol Magane, Base de Fatick, incluent des activités créatives destinées aux enfants, telles que cette pièce de théâtre, attirant même des adultes.

Outre la réalisation de l'impact souhaité, qui était de créer des lieux sûrs au sein des communautés où les enfants pouvaient jouer, les activités des Clubs des Enfants commencent également à avoir un impact positif sur le travail scolaire des enfants dans les régions où le projet d’ATCS est mis en œuvre. Diene Ngom, père de deux EI dans l'ADP de Diakhao, témoigne de l'amélioration des résultats de ses enfants : « Nous avons remarqué que les activités du club des enfants avaient un impact considérable sur la vie de nos enfants... Ils considèrent que les clubs sont des lieux dans lesquels ils peuvent s'amuser et se divertir.  Cependant, en plus de s’y divertir, nous avons pu voir que les enfants apprenaient beaucoup de choses contribuant à leur éducation. Par exemple, des enfants qui étaient timides et avaient du mal à s'exprimer en public et lors de rassemblements, ont surmonté leur timidité et participent en classe. Les enseignants signalent une amélioration de la participation en classe des enfants inscrits aux clubs d'enfants. Nous sommes donc encouragés par les activités et encourageons les instructeurs à poursuivre le programme ».

L'intérêt des parents dans les activités des Clubs d'enfants a grandi comme on peut le voir ici dans la communauté en regardant une présentation du CE dans la cellule de Fimela, à Ndiol Mangane (Base de Fatick).

La timidité chez les enfants a un effet négatif sur le travail scolaire, et en remplaçant la timidité par de l'expressivité, les enfants arrivent à acquérir de l’assurance, ce qui est de bon augure pour les résultats scolaires. Cet avantage imprévu des activités des Clubs d'enfants, permettant aux enfants de se débarrasser de leur timidité, est plus que bienvenu pour les enfants comme pour leurs parents. Non seulement les enfants passent des moments formidables à jouer au sein de leur communauté, mais ils apprennent également des leçons et des concepts utiles qui les aideront à développer leurs compétences de vie. En outre, ces enfants bénéficient d'une aide pour apprendre à l'école de manière créative.  Les parents ne sont que trop heureux de cette nouvelle initiative au sein de leur communauté, car ils voient que leurs enfants apprennent pendant leurs temps de jeu. Les parents s'impliquent de plus en plus auprès de leurs enfants, dans des domaines qui jusqu'ici avaient été considérés comme étant « l'affaire des enfants ».     

Auteur: Jean de Dieu Ngoula, Coordonateur Projet Foi et Développement.

Photos : Delphine Rouiller et Jean De Dieu Ngoula